• Les mains en l'air... et on s'accroche !

    Les mains en l'air... et on s'accroche !

         Y’a pas longtemps, un ami me parlait du deuil et de la façon dont il le vivait. Un sujet complexe que chacun appréhende différemment mais avec lequel on trouve toujours la tristesse associée. A ce moment, je voulais lui témoigner du soutien mais sans l’interrompre ; qu’il puisse parler sans s’arrêter mais en ayant conscience d’être entendu.
    Mais je ne l'ai pas fait. Je regrette énormément. J’ai eu des rapports trop ambiguës avec lui pour qu’il le prenne simplement comme un signe d’empathie. J’aimerais tellement changer ça !

     

    Les mains en l'air... et on s'accroche !

        Quand deux mains se joignent, ce n’est pas pour s’emprisonner l’une l’autre, ce n’est pas non plus pour garder l’autre à bout de bras, à portée. Prendre la main de quelqu’un c’est le soutenir. Ca veut dire que, pour au moins cinq minutes, si on tombe, quelqu’un nous rattrapera. Qu’on aura quelque chose à quoi se raccrocher et qu’on ne pourra pas toucher le fond. Prendre une main c’est témoigner de sa présence, de son écoute, faire connaître la proximité sans utiliser les mots.

        On accorde beaucoup trop d’importance aux mots. Ce ne sont que des lettres, regroupées en concept dans l’espoir de faire connaître ce qu’on pense, mais avec des filtres. Le corps ne ment pas, il ne se censure pas instinctivement, ou du moins il ne devrait pas. Attraper une main, c’est l'envelopper dans la sienne, la réchauffer tout en la laissant respirer. Le contact permet donc la transmission de chaleur et une petite pression peut attirer l’attention en douceur. On peut faire passer tellement de choses en se tenant la main.

     

    Les mains en l'air... et on s'accroche !
    Les loutres se tiennent la main pour ne pas dériver loin l’une de l’autre en flottant

     

    Les mains en l'air... et on s'accroche !

    Un groupe de personne peut partager de l’énergie et de la conviction en se tenant la main

     

        Les gens l’utilisent généralement en tant que couple, je ne suis pas fan de ça mais ça se comprend. La proximité physique que ça induit est rassurante, on se sent moins seul. J’ai tendance à l’utiliser comme un moyen de communication quasi-normal quoique assez intime. Je ne prend pas la main de n’importe qui dans la mienne justement à cause de cette interprétation courante.

     

    Au nom de toutes les mains esseulées qui gagneraient à se retrouver !

    Au nom de toutes les occasions où les mots nous manquent !

    Au nom du partage simplifié !

     

        S’il vous plaît, permettons nous de le faire. Encore, et encore, jusqu’à avoir les mains moites de sentiments, jusqu'à ne plus marcher droit sous le poids de l’émotion. Pour qu’on arrête de fuir l’autre. Pour qu’on arrête de se fuir soi-même. Pour qu’on continue de vivre et de communiquer.

     

     

    A toi cher ami que je n’ai pas pu consoler, je voudrais que tu saches que te tenir la main est un plaisir et que la prochaine fois, je le ferai !

    Les mains en l'air... et on s'accroche !


    Tags Tags :
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :